ARTE Radio
Tout va bien
La radio des bonnes nouvelles
00:00 / 19:56
Actualité
+

La radio des bonnes nouvelles

Tout va bien +
02'43"
Nouveauté
+

Beyoncé, Drake, Asap Ferg, MZ, Ichon...

Le mike et l'enclume (17) +
47'01"
Nouveauté
+

Est-il bien viril d'aimer le tennis féminin ?

Jeu, sexe et match +
07'47"
Nouveauté
+

L'audioguide de l'art imaginaire

Rest in powder blush +
04'05"
2166

reportages, témoignages
et bruits pas sages

Expo perso
+

L'audioguide imaginaire de Silvain Gire

L'oeuvre de toute une vie +
03'17"
Archéologie sonore
+

Descendez à Châtelet au 18ème siècle 

1730, Paris s'éveille +
08'41"
parlons-en
+

En route pour la contraception masculine

Les bijoux de famille +
24'07"

GALERIE D'ÉCOUTE #3

Soirée d'écoute ARTE Radio 
au Musée d'Orsay 
jeudi 2 juin à 19h30

PAR LES CHANTS ET PAR LES GRÈVES
26/05/2016

 Je suis né il y a un demi-siècle dans une France en noir et blanc. Rends-toi compte, je suis né sous de Gaulle. Ca semble aussi loin que Napoléon et pourtant, sur bien des points, rien n'a bougé depuis.


J'attends toujours que mon pays change son rapport archaïque à la politique, à l'éducation, au vivre-ensemble. J'espère chaque printemps une révision de la constitution dans un sens plus démocratique. Je rêve d'hommes politiques dotés d'un clito et d'un anglais correct. D'un président plus préoccupé de justice sociale que de risette à Jean d'Ormesson. D'une école qui ferait moins de place au classement et au gavage, et enseignerait à l'aide de l'art, de la mécanique ou du jardin. De journalistes qui enquêtent pour raconter le monde au lieu d'éditocrates qui relaient la parole des banques. Ma France à moi se partage toujours entre droite et gauche, des bourgeois poudrés d'Ancien Régime contre des curés laïques aux réflexes de Staliniens. Peu importe ce que tu fais ou penses, seul compte ici ce que tu dis. Peu importe la réalité tant que tu mets une majuscule à Création, Peuple et République. Tous ensemble, récitons la prière de la bien-pensance et chantons "Bella Ciao" avant la dispersion du cortège. Toute ma vie j'ai espéré que ça bouge sur la mémoire coloniale, la télé publique, le cannabis, les quartiers, la culture. Toute ma vie j'ai attendu que ma vieille et belle France lève enfin son gros cul prétentieux. Ces dernières années, j'ai fini par admettre dans la douleur que je mourrai avant le Sénat, l'Obs et Serge Dassault. Alors quand je vois des raffineries bloquées et la colère qui monte, je n'arrive pas à être inquiet. Foutons tout ça en l'air, les amies, by any means necessary. C'est notre dernière chance de donner vie aux rêves, 

PAR LES CHANTS ET PAR LES GRÈVES  (ARTE Radio à partir du 26 mai)

+
02'43"
+
04'05"
+
07'47"
+
47'01"
L'AUDIOGUIDE DE BORD
19/05/2016

J'ai mal aux cheveux car 1400 personnes se sont pointées hier à Beaubourg pour notre première Soirée sonore. Que des jeunes, à part peut-être ma mère.


Des jeunes sympas et attentifs qui (re)découvrent le Centre Pompidou par les oreilles. Un succès imprévu. Comme je ne suis jamais content, je me dis qu'on a été trop timides, trop respectueux du musée qui nous invitait, trop inquiets à l'idée que le son dérange la peinture. ARTE Radio ne joue jamais très fort, ça fait partie de notre éthique du sonore. La prochaine fois si elle a lieu, on transformera le Centre Pomp it oup en free party dans les Duchamp, chambre d'écho chez Picasso, fosse de slam pour Wifredo Lam. En attendant c'était bien cool. Le Studio Mobile a recueilli vos drôles de récits ("Si vous étiez enfermés une nuit dans Pompidou, que feriez-vous?"). Les salons d'écoute ont fait le plein. Fantazio a slappé sa poésie blues entouré de bleu Klein. Le Président avait l'air content. Si vous n'étiez pas là, vous pouvez retrouver nos premières créations sur l'appli gratuite du Centre Pompidou dans l'onglet "Museum Fictions". L'idée est de faire vivre des oeuvres par les oreilles. Pas des oeuvres existantes, il y a des audioguides pour ça, et l'appli propose déjà des visites d'expos. Ce qui intéresse ARTE Radio, c'est la poésie, la fiction, l'adresse directe à l'auditoire. Faire exister par l'écoute un art invisible. Nous avons demandé à des écrivains prestigieux (Hervé Le Tellier, MASA, Silvain Gire) de concevoir des audioguides imaginaires. Des visites virtuelles et pince sans rire d'oeuvres qui n'existent pas. La création, l'art, le web, nous aident à contruire des situations inédites. Tentons d'inventer une fois encore   

L'AUDIOGUIDE DE BORD (ARTE Radio à partir du 20 mai)

+
03'25"
+
03'17"
+
08'41"
+
09'22"
LES BIJOUX DE FAMILLE
12/05/2016

Brisons la loi du silence : à ARTE Radio, on mange tous à la cantine. Salariés comme précaires, on tourne longtemps avec nos plateaux en cherchant une table pour 8. Il faut le dire sans tabou, la cantine d'ARTE est partagée avec d'autres entreprises.


On reconnaît les employés à leur cravate (Sogeti, service informatique) ou à leur salade-pamplemousse (Marie-Claire, magazine). Je caricature, tous se ruent sur les frites-ketchup comme au collège. A table on débat des compétences respectives du préposé aux grillades (un artiste) ou du pizzaïolo (il me fait peur). Trois fois par an la boîte qui gère la cantoche (Eurest) organise un repas à thème avec des animations. Le papier crépon pendouille du faux plafond, les caissières sont déguisées en pirates, c'est triste et bon enfant comme une kermesse au centre aéré. Ce midi, aïe, on avait droit au menu oriental, tajine, pastilla et danse du ventre. Eh oui, et si. Au milieu de la cantine, deux dames en maillot de bain remuent les hanches sur un air de raï avec un sourire forcé. La première fois que ça s'est produit, Sara a protesté et le patron a tout arrêté. Cette fois le nouveau boss a juré à Chloé que ça ne se reproduirait plus. 2016, et deux femmes presque nues gigotent pendant qu'on mange. Quand je pense aux nombreux repas à la cantine où je râle sur le féminisme 2.0 ("nan mais ça sert à rien franchement") ou sur la culpabilité post-coloniale ("nan mais c'est abusé franchement"), j'ai un peu honte. La honte masculine est un phénomène récurrent en cas d'engueulade dans le couple, de phrase malheureuse et de Denis Baupin. Ca ne dure pas mais ça laisse des traces. Par exemple Benoît Bories, un habitué de la cantine, s'est rendu compte un beau jour qu'il laissait sa copine gérer leur contraception. Comme tout le monde, me direz-vous. En menant l'enquête pour sa pomme, Benoît découvre des méthodes efficaces de contraception masculine. Personne n'en parle, ni les médecins ni ses copains. Et quand il en parle les mecs mettent instinctivement leur main en coquille pour se protéger  

LES BIJOUX DE FAMILLE (ARTE Radio à partir du 12 mai)

+
02'32"
+
09'29"
+
24'07"
POUR QUI SONT CES SERPENTS
04/05/2016

Ce son siffle à mes oreilles. C'est insensé. Ca se sent. Ca va se savoir. Ca serpente et sinue comme un grand S. Ca me sue. Me tape au-dessus comme un lasso de CRS.

S'insinue dans mes songes, se sifflote en bossant, se sussure en suçant. Se sirote au cassis. Ce son souffle ici comme un siphon farceur. Assez. Ca suffit comme ça. Assez de ce ce son si suant et si sot. De ces sifflantes salées qui salissent ma salive. Assis. Assume ta session et saisis cette option. Chausse ton casque et soumis, courrouçé, assagi, assure-toi de ces émois-ci. Pour qui ces serpentins qui sifflent sur nos têtes ? Ne cesse point de citer ce vers de Racine, 

POUR QUI SONT CES SERPENTS (ARTE Radio à partir du 4 mai)  

+
03'12"
+
05'23"
+
16'10"
PUTAIN DE VIOLON
28/04/2016

C'est pas pour nous vanter mais 99% des gens ignorent complètement ARTE Radio. On a réussi à garder le truc secret. Et parmi les 1% qui connaissent, c'est à cause du fooding ou de la suçothérapie.


Ca devrait me déprimer totalement, et je vous rassure, ça me déprime un peu quand même. Je suis un enfant des années 80, moi, je crois à la réussite et aux winners. Je méprise in petto ceux qui labourent l'entre-soi expérimental avec l'argent public. Et pourtant, j'ai quelques motifs de joie. D'abord, ceux qui aiment ARTE Radio l'aiment vraiment, ils en parlent bien, ils ont un rapport émerveillé à l'écoute. Disons que ça plaît très fort à peu de gens, comme le bondage ou la confiture d'orange. Et puis tout autour ça bouge dans le bon sens. Le podcast explose aux USA, donc ça arrivera ici comme le hula-hoop et le féminisme intersectionnel. Audio is the new black. Il y a désormais des jeunes gens qui racontent leur vie avec des sons, comme hier ils auraient choisi la chanson ou la bande dessinée. Laure Chatrefou, par exemple, elle ne travaille pas la radio comme un documentaire classique. Elle raconte le monde en éclats, tissant les voix avec plein de sons qu'elle s'amuse à zapper, sampler, mettre en boucle. Pour raconter les violences à Mayotte ou la polygamie, elle mêle les rires et les bruits en un montage très speed. Au final on en apprend autant qu'aux infos en passant un bon moment. Il y a trois sons de Laure Chatrefou sur Mayotte cette semaine, peut-être ils vous plairont. Et puis il y a "Putain de violon", la première autobiographie musicale de Julie Bonnie. Ca aussi, je crois, peut faire avancer le bazar. Julie prend la radio comme un moyen ludique de raconter sa vie de rockeuse. Ses voix, ses sons, sa musique se répondent avec énergie, sans prétention ni complaisance. Marjane Satrapi du violon, Annie Ernaux du micro, Julie Bonnie invente peut-être une autre radio (ou une auto-radio, hi hi). 99% de gens à séduire, ça laisse de la marge. Putain de chouette ambition,  

PUTAIN DE VIOLON (ARTE Radio à partir du 28 avril)

 

+
03'01"
+
05'29"
+
08'08"
+
10'50"
+
28'31"
LA FRANCE S'ÉCLATE
21/04/2016

Ce matin dans le tube, j'ai lâché les pronostics sur l'élection présidentielle de Cannes pour regarder le bébé d'en face. J'ai pour les bébés la passion amoureuse que les gens normaux réservent à leur chien.


Je contemplais  "sa pesanteur alarmante et sourde, son énergie endormie de pile atomique" comme j'écrivais en 2002 quand j'écrivais encore. L'auto-citation est une forme d'autosatisfaction qui fait moins mal aux vertèbres (cherche pas, c'est dégoûtant). J'enviais cette boule de chair et de bave qui a une chance de voir la fin du monde. Le bébé d'aujourd'hui a déjà son ticket pour l'apocalypse, le veinard. Nous serons partis avant. Voilà qui explique peut-être l'anomie (demande à mamie) qui paralyse nos générations. Nous autres adultes cherchons encore un espoir dans le printemps, la reproduction ou la saison six. Nous n'allons pas assez mal pour nous révolter. Les crédits, les doudous numériques et la mauvaise foi nous retiennent. Voilà pourquoi je ne parviens pas à moquer tout à fait les énergies juvéniles qui occupent les places de la République, interrogent la question du genre et niquent la police. Bien sûr, la logorrhée revendicative est parfois embarrassante. Les orateurs se succèdent, alternant l'individualiste niaiseux et le maximaliste délirant, dans la pure tradition française du gauchisme viril. Mais enfin ils sont dehors, à tenter de nommer la catastrophe régnante et à lutter contre elle. Tout autour, on l'a vu l'autre weekend, un système politico-médiatique agonisant déploie des trésors de mauvaise foi grotesque, mentant sur ce mouvement comme il nous ment sur à peu près tout, de la pollution à la démocratie en passant par l'avenir. Ce bébé m'a rendu tout guilleret, vous devriez me lire quand je suis pessimiste. J'assume donc une position radicale et minoritaire : JoeyStarr a bien fait de virer Finkielkraut. Cette semaine, ARTE Radio s'amuse, ARTE Radio s'écoute et 

LA FRANCE S'ÉCLATE (ARTE Radio à partir du 21 avril)

 

+
03'23"
+
12'15"
+
33'00"