ARTE Radio
La radio est une femme
Et en plus elle est pauvre
00:00 / 19:56
Pourquoi je vous raconte ça
+

Moins ça paye, moins y'a de couilles

La radio est une femme +
03'49"
Pelles et râteaux
+

Pelles-party (10)

La surprise +
03'35"
Pelles et râteaux
+

Baiser hollywodien (9)

Le cinéma +
03'33"
Pelles et râteaux
+

Conquête au soleil (8)

L'étranger +
02'48"
Concours de carte postale sonore
+

Le 1er prix

La chasse est ouverte +
02'45"
Nouveauté
+

L'Éducation nationaliste

De Racine et du zèle +
07'36"
Retour chez ma mère
+

Histoire d'un tabou

54 ans et 2 mois +
18'47"
LA RADIO EST UNE FEMME
21/09/2016

Selon une étude scientifique récente, 80% des auteurs d'ARTE Radio sont des auteurEs. Les 3 gagnants du concours des audioblogs sont 3 gagnantEs. Les auditeurs de nos séances d'écoute sont souvent des -trices; Pourquoi ? Parce que,


comme le patron l'explique dans son podcast hebdomadaire, 

LA RADIO EST UNE FEMME (ARTE Radio à partir du 22 septembre) 


 
 





 

+
03'49"
+
03'01"
+
03'21"
+
02'48"
+
02'45"
+
07'36"
POURQUOI JE VOUS RACONTE ÇA
15/09/2016

Je te l'ai dit et je le répète : il n'y a plus de newsletter. Enfin, juste le strict minimum pour entretenir la flamme, resserrer les liens, garder le contact. Pour t'écrire chaque semaine et annoncer les nouveautés.

Mais les élucubrations lyrico-éthyliques du patron sont désormais à écouter dans le podcast  

POURQUOI JE VOUS RACONTE ÇA (ARTE Radio à partir du 16 septembre)






 

+
02'38"
+
02'29"
+
03'46"
+
04'22"
+
18'47"
BILAN DE L'ÉTÉ : PELLES ET RÂTEAUX
08/09/2016

Ah, enfin, youpi, chouette, ARTE Radio est de retour, te dis-tu avec la fougue de la jeunesse ou l'inconscience de la sénilité. Tu vas pouvoir reprendre les bonnes habitudes, la newsletter hebdomadaire que tu aimes tant, les goûters d'écoute à la Maison de la Poésie,

et même des reportages sonores incisifs, émouvants, dérangeants et croquigolets qui font notre réputation chez les sourds. Sauf que voilà, gros changement majeur de la saison 2016-2017 - qui par ailleurs sera notre meilleure saison ever tellement les bons programmes se bousculent dans nos tuyaux - innovation radicale, donc, plus de newsletter écrite. Nada. Walou. Fini. Désormais l'adresse hebdomadaire de Silvain Gire à la foule des lectrices / internautes / facebookiennes se fait au micro, en AUDIO, et donc il faut l'ECOUTER. Ah, consternation. Ah, mieux avant c'était. Détrompe-toi, car tu trouveras désormais chaque semaine en tête de playlist mon édito / chronique / sommaire / newsletter toujours aussi allègre, rythmé et fluide - il ne m'a fallu que 2 jours et 14 essais pour enregistrer le premier, alors tu vois. Ca s'appelle "Pourquoi je vous raconte ça" et je ne peux que m'améliorer. Ceci est mon dernier message écrit. Si vous voulez lire, achetez des livres. Si vous voulez rire, pleurer, fulminer et douter, écoutez ARTE Radio.  

BILAN DE L'ÉTÉ : PELLES ET RÂTEAUX (ARTE Radio à partir du 9 septembre) 

+
03'54"
+
03'30"
+
04'21"
+
13'17"
LA SCANDALEUSE PLAYLIST
26/07/2016

En écho à la programmation télé d'ARTE "Summer of Scandals" - pleine de films culte et de docus punky, avec Iggy Pop en speakerine - , la radio web d'ARTE propose une liste d’écoute pour oreilles curieuses et averties. Quels sont les scandales aujourd'hui ? Qu'est-ce qui nous choque, nous bouscule, et nous fait réagir dans le bon sens ?

Piéger au téléphone une boîte qui propose de l'exil fiscal (Mamie offshore, de Pascale Pascariello). Un repas de famille qui tourne au bad trip, avec montée de fou-rires (La bouillabaisse infernale, de François Beaune). Une jeune mariée qui sort de la tombe (La belle au bois dormant, de François Beaune). Les enregistrements interdits de l’affaire Bettencourt (Sur écoute, de Jérôme Thorel) et ceux d’une cérémonie très spéciale (La bande SM, de Jeanne Robet). Et enfin, car c’est de saison, le secret pour sauver son couple (La suçothérapie, de Mehdi Ahoudig). A partager entre ami(e)s, comme on partage l'apéro, les spots tranquilles et les bons moments. Retour des nouveautés sur ARTE Radio le 5 septembre. 

+
04'19"
+
14'09"
+
01'57"
+
07'10"
+
07'43"
+
45'24"
SOUS UN SOLEIL RADIO  
01/07/2016

Enfin la pression ralentit, l’urgence diminue, la vie reprend son cours. On va pouvoir se remettre à penser.


Travailler pour de vrai, pas juste courir de la cale au pont pour colmater les brèches. On va pouvoir monter sur la dunette, astiquer la longue-vue et regarder le paysage. Qu’est-ce qu’il y a à l’horizon ? Un vol de dauphins ? la terre ? Le vaisseau corsaire ARTE Radio continue sa course folle. Corsaire, oui – c’est le prix de notre liberté, qui est grande. Cette saison nous avons tiré des bords et mis cap au large. Nous avons pillé les festivals en autant de raids hilares, Europa, Longueur d’Ondes, Nova, trois prix de plus dans la malle aux trésors. Nous avons veillé tard. Nous vous avons reçus nombreux à la Maison de la Poésie, à Orsay, à Pompidou. Vous étiez bien présents, chaleureux et complices. Datagif nous a fait un nouveau site, depuis nous débuggons le site de Datagif. C’était une drôle de saison. Du sang neuf, de nouvelles écritures. Ce projet est une longue histoire d’amour, comment ranimer la flamme tout en restant fidèle ? Faut-il d’ailleurs rester fidèle, comme disent les magazines en été ? L’été prépare la rentrée. Pascale Pascariello cuisine les braqueurs de banques, bijouteries, fourgons blindés. Jeanne Robet recueille les meilleures pelles et les pires râteaux. Fabienne Laumonier soigne son psoriasis chez les sorciers. Mehdi Ahoudig enquête sur un meurtre. Delphine Saltel retourne en banlieue.  Mehdi Krüger enregistre l’Arabstrait, Ilham Maad les beurettes, François Pérache et Médine racontent Octobre 61. ARTE Radio poursuit ses obsessions, l’identité, l’intimité, la société – avec ce grain de poésie punk qui la distingue. 2200 créations, 400 auteurs rémunérés, 5 personnes sur 3 salaires. La meilleure équipe du monde. Trop d’envies, trop de blagues, trop d’exigence. Il est temps de plier le parasol et d’aller cuire

SOUS UN SOLEIL RADIO  (ARTE Radio à partir du 1er juillet)


 

+
03'25"
+
04'36"
+
03'03"
+
02'11"
+
03'51"
TOUT LE MONDE ÉCOUTE LA POLICE 

Si j’en crois le buzz assourdissant, nos amis de Slate.fr ont inventé le podcast cette semaine. Il était temps, hein ? Chloé se moque de moi : « Tu es  comme l’enfant unique quand arrive un petit frère. Tu vas à la maternité parce qu’il le faut bien, mais en dedans tu râles ».

 

Moi, râler en dedans ? C’est mal me connaître. Je m’en fous, je resterai toujours l’aîné. Et c’est bien mieux de jouer à plusieurs. Comme on dit dans le métier : plus il y a de pizzerias, plus les gens mangent de podcasts. En attendant, y’en a que pour le nouveau-né. En une semaine, le premier podcast de Slate a suscité 147 articles, dont la plupart semblent écrits pour m’énerver (« Slate invente un format inédit ! Ils racontent des histoires rien qu’avec le son ! Pionnier de ouf ! »). Vous avez écouté leur premier podcast, Transfert ? On est d’accord. N’empêche qu’ils nous mettent minable d’entrée. Ils ont compris deux-trois trucs bien mieux que nous, qui avons produit 2200 histoires audio depuis 14 ans, je précise pour les rois du scoop. Je vais donc arrêter de faire le malin, ravaler ma bile et partager mes jouets. Scoop toujours : ARTE Radio produira l’an prochain des podcasts avec Slate. J’ai pas de fierté. Pire, j’ai pas de réseau.
    En 2014, on a connu notre plus gros succès avec la série « Crackopolis » de Jeanne Robet. Plus de 300 000 écoutes, je précise pour les amis des chiffres. En 2016 on propose « Flicopolis » où un jeune keuf des stups raconte son quotidien. Même lucidité, même morale sans morale. Un point de vue inédit sur la société et son désordre. Comme dit notre flic : « J’ai parfois plus d’estime pour certains mecs en garde à vue que pour certains de mes collègues ». Ouch. On n’entend pas ça tous les jours. Espérons qu’on l’entende. Cette semaine,

TOUT LE MONDE ÉCOUTE LA POLICE (ARTE Radio à partir du 24 juin)

+
03'59"
+
06'15"
+
04'02"
+
03'19"
+
44'38"